Anniversaire : Serge Daney

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Serge Daney

Né en 1944, mort il y a vingt ans, le 12 juin 1992, Serge Daney est sans aucun doute toujours aussi présent dans la pensée cinéphilique. Un pied de nez à la volatilité du travail journalistique, lui qui n’a jamais écrit de livre et dont la plupart des recueils regroupant ses articles ont paru après sa mort. Mais Serge Daney avait une parole – qu’elle soit dite ou écrite, dans les Cahiers du cinéma puis dans Libération  – qui portait. Une parole habitée par le cinéma comme « promesse du monde », dont la nécessité irradiait. Sans équivalent aujourd’hui, mais ayant essaimé sa passion de passeur et de « cinéfils », il fait aujourd’hui figure de conscience, et ses textes aident à voir dans un monde qui, plus encore qu’il y a vingt ans, est cerné d’images.

Vient de paraître : la Maison cinéma et le monde 3. Les années Libé 2, 1986-1991 , Serge Daney, POL, 880 p., 35 euros.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents