Cannabis : une erreur de jeunette

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Quelle mouche a piqué Cécile Duflot pour qu’elle rappelle aussi franco, à cinq jours du premier tour des législatives, la position favorable de son parti, Europe Écologie-Les Verts, à la dépénalisation de la consommation de cannabis ? On n’imagine pas qu’elle ait voulu nuire à l’allié PS… Chef d’EELV (jusqu’au 22 juin), aurait-elle oublié qu’elle est désormais, avant tout, membre d’un gouvernement ? Un faux pas politique, donc. Les socialistes l’ont immédiatement rappelée à l’ordre et l’affaire n’a pas eu de conséquences dans les urnes : l’erreur de Duflot aura juste provoqué, pour un bon moment, une stérilisation d’un débat qui mérite indéniablement d’avoir lieu. Seul petit bénéfice politique : la droite, qui a lancé ses hordes à l’assaut de la jeune ministre, est apparue confite dans une argumentation de plus en plus passéiste : « signal destructeur pour l’autorité morale de l’État », « irresponsabilité », « apologie de la drogue » … Selon un sondage paru il y a un an, 51 % des moins de 35 ans, et autant chez les électeurs de gauche, sont favorables à la dépénalisation. Hollande, qui place la jeunesse au sommet de ses préoccupations, pourrait y réfléchir. Après les législatives ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents