Dans le Nord-Pas-de-Calais, la psychiatrie à la diète

Les établissements de santé mentale de la Région voient leur budget diminuer. Une mobilisation syndicale s’organise.

À Saint-André, dans l’agglomération lilloise, l’établissement public de santé mentale (EPSM) devait ouvrir son service d’alcoologie cette année. Le projet semble compromis. Pour la première fois, l’Agence régionale de santé (ARS) du Nord-Pas-de-Calais va diminuer le budget accordé à la psychiatrie pour 2012. Une décision locale qui choque un secteur sinistré. Le précédent gouvernement avait déjà réduit l’augmentation du financement alloué au secteur de 1,08 à 0,45 %. Vers la fin mai, au gré des comités…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents