Discriminations : Est-ce ainsi que les homos vivent ?

Dans un cas sur trois, la violence homophobe relève de l’entourage : famille, voisins ou collègues de travail. Le Refuge accueille pendant six mois des jeunes confrontés au rejet.

Une longue pièce mansardée encadrée de tables et de canapés, des ordinateurs. Au siège de l’association le Refuge, près de la place de la Bastille à Paris, règne une ambiance d’auberge de jeunesse. Mais les grands ados assis ça et là ne sont pas en vacances. Âgés de 18 à 25 ans, ils se sont tournés vers le Refuge quand il leur a fallu s’éloigner du cocon familial. Pour « se sentir libre », comme l’explique Steve, la vingtaine. Tous les jeunes qui vivent au Refuge sont homosexuels. Les histoires racontées…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.