Égypte : Présidentielle sous tension

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


À quelques jours du deuxième tour de l’élection présidentielle, samedi et dimanche, il régnait une tension extrême dans le centre du Caire. Le 8 juin, une manifestation de femmes protestant contre les multiples agressions sexuelles dont elles sont victimes était attaquée par une horde de jeunes hommes. Certaines manifestantes ont affirmé avoir subi des « attouchements prolongés ». Au même moment, non loin de là, sur la place Tahrir, plusieurs centaines de manifestants, en majorité proches des Frères musulmans, mais aussi des laïcs de gauche, s’étaient rassemblés pour protester contre la présence au deuxième tour d’Ahmed Chafiq, le dernier Premier ministre de Moubarak. En vain. Le deuxième tour opposera bien Chafiq au leader des Frères musulmans, Mohamed Morsi, arrivé en tête au premier tour, et qui fait figure de favori.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents