Freescale peut-il être sauvé ?

Le site industriel toulousain, menacé de fermeture, est le dossier chaud de l’entre-deux-tours des législatives. Un repreneur promet de conserver 235 emplois, mais la direction retarde les négociations.

Quand ils ont appris leur licenciement en 2009, les salariés de l’usine Freescale de Toulouse ne se sont pas battus pour leurs emplois. Une forte mobilisation, entachée d’affrontements violents avec les CRS, leur avait permis alors de négocier de meilleures indemnités de licenciement. Mais, depuis plus d’un an, une bataille est menée pour une reprise du site. Les patrons texans de cette unité, qui fabrique des puces électroniques pour l’industrie automobile, avaient programmé en mai 2011 la fermeture de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents