Jean-Pierre Filiu : « La question sociale sera déterminante »

Historien et arabisant, Jean-Pierre Filiu veut inscrire l’étape actuelle des révolutions arabes dans le temps long de l’histoire.

Denis Sieffert  et  Alexis Duval  • 28 juin 2012 abonné·es

Plus d’un an après le début des révolutions arabes, les situations apparaissent très différentes d’un pays à l’autre, mais, selon Jean-Pierre Filiu, elles se rejoignent toutes dans une volonté populaire très forte et irréversible de refonder le contrat social.

Où en sont les révolutions arabes ? Peut-on parler de contre-révolution ou simplement d’une évolution chaotique ?

Jean-Pierre Filiu : Je n’ai jamais utilisé le terme de « printemps », ni d’« automne », et j’ai toujours placé cette révolution dans un temps long, celui de la renaissance arabe, séquence de plus de deux siècles. Nous sommes au milieu

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes