La France pavillon bas

La tente française illustre parfaitement l’énorme malentendu de Rio+20 : les industriels ne rêvent que d’une « croissance verte » qui n’a pas grand-chose à voir avec les enjeux écologiques.

Le pavillon de la France à Rio est à l’image de la conférence : essentiellement consacré aux entreprises qui l’ont en grande partie financé. Celles-ci ont fait le voyage dans l’espoir de récupérer de grosses miettes de l’économie verte, dont le Brésil et beaucoup d’autres pays ne veulent pourtant plus qu’elle figure dans les textes adoptables par la conférence. Au pavillon français et dans les cercles de lobbyistes, on ne parle que des partenariats public-privé sur la croissance verte, et les industriels…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents