Le conflit syrien passe au Liban

Le nord du pays subit l’onde de choc de la guerre qui ravage la Syrie : sunnites et alaouites s’affrontent. Le pouvoir prône la « neutralité positive ».

Jacques Duplessy  • 28 juin 2012 abonné·es

ÀTripoli, au nord du Liban, depuis un mois, les quartiers sunnites de Bab al-Tebbaneh et alaouites de Djebel Mohsen se sont déclaré la guerre. Une rue les sépare : la rue de Syrie. Un nom qui résume à lui tout seul la cause du conflit. Les sunnites de Bab al-Tebbaneh soutiennent la révolution syrienne, les alaouites de Djebel Mohsen défendent le président syrien, Bachar el-Assad. Les rues du quartier sunnite sont tapissées

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Révolutions arabes : la longue marche
Temps de lecture : 4 minutes