Proche-Orient : Scepticisme palestinien

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Moins d’un Palestinien sur deux (49,5 %) croit encore à la création d’un État palestinien à côté d’Israël, alors que plus d’un quart (25,9 %) est favorable à un État binational, selon une récente enquête du Jerusalem Media and Communications Centre (JMCC). Une solution que ne voit pas d’un bon œil le coordinateur spécial de l’ONU, le Néerlandais Robert Serry. « Si les parties [israélienne et palestinienne] ne saisissent pas l’occasion maintenant […], nous pourrions prendre le chemin de la réalisation d’un État binational, ce qui nous éloignerait encore davantage de la paix régionale », a-t-il averti. Selon les projections démographiques, la population arabe (Palestiniens et Arabes israéliens) devrait dépasser la population juive vers 2014-2015.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents