« Tout passe », de Gabriel Josipovici : Esthétique du dénuement

Tout passe , roman subtil du Britannique Gabriel Josipovici, fait appel à l’imagination du lecteur.

Il faudrait pouvoir lire Tout passe comme on regarde dans un kaléidoscope. Le roman du Britannique Gabriel Josipovici, avec ses courtes séquences qui prennent sens les unes par rapport aux autres, a cette forme éparpillée et hypnotique. Avec une scène centrale, récurrente comme un refrain glaçant : dans une pièce vide et derrière une fenêtre au carreau fêlé, un homme. « Grisaille. Silence. Il se tient là. Et une voix dit : Tout passe. Le bien et le mal. La joie et la peine. Tout passe. » Sinistre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents