« Comme les États-Unis à leur naissance »

Les analystes américains regardent la crise européenne avec ambivalence. Correspondance à New York, Alexis Buisson.

Steven Hill aime l’Europe. Et il voudrait qu’il en soit de même pour ses compatriotes. En janvier 2010, cet éditorialiste américain, ancien directeur du programme de réforme politique au sein du think tank libéral New America Foundation, a écrit Europe’s promise : Why the European Way is the Best Hope in an Insecure Age, véritable ode à l’Europe. Assurance santé, retraite, système d’éducation et « capitalisme social » contre « capitalisme de Wall Street » : Hill est convaincu que les Américains ont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents