Dossier : Jeux olympiques : plus grands, plus chers, plus politiques

JO : plus grands, plus forts, plus politiques

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les Jeux olympiques de Londres, qui débuteront le 27 juillet, n’échapperont pas à la règle. Ils seront un enjeu politique. Mais avant tout de politique intérieure. Après l’enthousiasme quand le Comité international olympique a attribué les JO à la capitale britannique plutôt qu’à Paris, les « sujets de sa Gracieuse Majesté » commencent à déchanter.

Un investissement d’1,3 milliard d’euros, un stade qui aura coûté 10 % plus cher que prévu, et dont on n’est pas sûr qu’il aura un usage au-delà de l’événement, tout cela fait mauvais effet en période d’austérité. Sans compter les problèmes de transport et l’invasion des sponsors. McDonald’s a même créé un centre de formation pour conditionner ses bénévoles.

Mais la politique, de nos jours, c’est aussi la hantise du terrorisme. On ne sait ce qu’il y a de pire, de la menace ou du déploiement sécuritaire. Surtout que la société G4S, à laquelle l’État avait délégué d’importantes missions, vient de déclarer forfait devant l’ampleur de la tâche.

Il y aura tout de même un navire de guerre dans la Tamise, quatre avions de combat prêts à décoller et… des missiles sol-air sur les immeubles situés en bordure du parc olympique. Certes, le cent mètres fera oublier tout ça aux Londoniens. Mais il ne dure même plus dix secondes…


Photo : AFP / Carl Court

Haut de page

Voir aussi

Articles récents