La chasse fiscale, d’accord, mais avec quels chasseurs ?

Le gouvernement entend lutter contre la délinquance financière. Mais les moyens de contrôle manquent, pour cause de réduction d’effectifs.

Dans le vibrant appel à la « mobilisation » lancé par Jean-Marc Ayrault lors de son discours de politique générale le 3 juillet, une phrase a laissé pantois un certain nombre de fonctionnaires de la Direction générale des finances publiques (DGFIP) et de l’administration des douanes, ainsi que des juges chargés de réprimer la délinquance financière. Sans entrer dans le détail, le Premier ministre assurait : « À tous les niveaux, le gouvernement se donnera les moyens de lutter contre la fraude et d’abord…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents