L’affaire PSA

« Un choc pour la Nation. » C’est en ces termes que le ministre du Redressement productif (on a du mal à s’y habituer !) a accueilli l’annonce de la fermeture du site d’Aulnay de PSA. Sous l’emphase des mots, Arnaud Montebourg a mis le doigt sur une contradiction typique du néolibéralisme : si PSA, société de droit privé, peut bien théoriquement embaucher et licencier qui bon lui semble, pourvu qu’elle respecte les procédures, les conséquences, elles, sont éminemment politiques. Cela tient, bien sûr, à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents