Dossier : Jeux olympiques : plus grands, plus chers, plus politiques

Pour tout l'or du monde

Les JO coûtent souvent très cher au pays organisateur, sans réelles retombées. Le Canada et la Grèce en ont fait la cuisante expérience.

« De la prospérité et des emplois », c’est ce que le Royaume-Uni tirera de l’organisation des Jeux selon le Premier ministre, David Cameron. À chaque olympiade, reviennent les mêmes promesses de rentabilité, pourtant rarement respectées. Les Grecs en ont fait l’amère expérience en 2004. Même Jacques Rogge, actuel président du Comité international olympique (CIO), a reconnu que « 2 % à 3 % de la dette extérieure du pays » pouvaient être attribués aux Jeux. On estime qu’ils ont coûté 13 milliards d’euros, au…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents