Reportage au cœur des terres sans loi d’Amazonie

De nombreuses terres publiques du bassin amazonien sont convoitées par des grands latifundistes, qui tentent de chasser les petits cultivateurs avec la complicité des autorités. Mais les familles qui vivent sur de petites parcelles depuis parfois plusieurs décennies commencent à organiser une résistance.

Patrick Piro  • 5 juillet 2012 abonné·es

José fouille et ramasse une fourchette tordue au milieu des gravats calcinés. « Ici, c’était le placard des ustensiles de cuisine », explique son épouse, Raimunda. Le 27 avril dernier, un certain Clemildo est venu, en leur absence, mettre le feu à leur baraque de planches dans la forêt. Maïs, manioc, haricots, poivrons, concombres… Les cultures des petits agriculteurs, occupant à peine un hectare déboisé, ont été détruites. Des témoins ont vu la scène : Clemildo agit à visage découvert, souvent avec son compère Morte. Ils sont policiers militaires, et notoirement à la solde de Roberto et d’Héloísa [^2], un couple de gros propriétaires qui entend chasser par tous les moyens les importuns

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 7 minutes