Armstrong et Armstrong

Chacun à sa façon,
les deux Armstrong,
le vertueux et le
cynique, sont des
docteurs Faust.
Les politiques ou
les sponsors sont
leurs Méphisto.

En moins d’une semaine, l’Amérique a perdu deux héros. L’un est parti définitivement dans les étoiles, tandis que l’autre chutait lourdement de son piédestal. Les deux hommes étaient aussi différents que possible. Neil, l’astronaute qui a marché sur la Lune, était un modeste qui n’a jamais exploité sa gloire. On ne l’a jamais vu dans des shows télévisés et il refusait de signer des autographes de peur, dit-on, que sa griffe ne devienne un produit commercial. Lance, le champion cycliste qui a gagné sept…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents