Hollande conserve la « ligne »

Le Président français marche dans les pas de son prédécesseur dans les dossiers syrien et du nucléaire iranien.

Devant les ambassadeurs français réunis lundi à l’Élysée pour une conférence annuelle, François Hollande eut une formule alambiquée. Il jugea d’abord que « la plus grave des incertitudes tient au risque de la prolifération nucléaire » . Avant d’ajouter que ces incertitudes « tiennent aussi aux peurs légitimes qu’une telle prolifération peut inspirer et aux réactions légitimes préventives qu’elle peut provoquer » . Précisant sa pensée, il qualifia d’inacceptable que l’Iran se dote un jour de l’arme…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents