Roms : expulsés pour leur bien

On lève les restrictions à l’embauche…
mais on démantèle un camp.

C’est évidemment pour la bonne cause… Lundi matin, soixante-douze Roms installés au bord des voies du RER à Évry ont été expulsés de leurs logements de fortune sous le coup d’un arrêté municipal. « La situation sanitaire et de sécurité nécessitait l’évacuation » , s’est justifié Manuel Valls, ministre de l’Intérieur et maire de la ville jusqu’en juin dernier. Son successeur, Francis Chouat, a donc pris cette décision de « précaution», indépendamment de la justice, quelques jours seulement après l’annonce…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents