Une renaissance verte

Il y a sept ans, Katrina semait la désolation à la Nouvelle-Orléans. Le quartier le plus touché a choisi de se reconstruire sur un mode écologique. De notre envoyé spécial, Alexis Buisson.

Alexis Buisson  • 30 août 2012 abonné·es

Si le bout du monde devait ressembler à quelque chose, il aurait sûrement l’air du ­croisement des rues Charbonnet et Chartres. Là, dans l’extrême sud du Lower Ninth Ward, dans l’est de la Nouvelle-Orléans, aucune voiture ne circule. Les quelques habitations aux alentours paraissent vides. Seul le bruissement des herbes hautes ballottées par le vent donne à ce paysage un semblant de vie.

Nous sommes à quelques pas du Mississippi. Le 29 août 2005, sous l’effet de Katrina, le fleuve est sorti de son lit, semant la désolation dans le quartier. Les ­maisons furent emportées, des vies interrompues, une communauté déchirée. Mais Jenga Mwendo ne l’a pas entendu de cette oreille, sans doute parce qu’elle a grandi là. Il y a deux ans, cette mère de deux enfants a décidé d’ouvrir un jardin ­communautaire au coin de Charbonnet et

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 8 minutes