Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

À flux détendu

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Je me suis retrouvé coincé samedi soir devant le prime time de TF1. Impossible de demander à mon hôte d’éteindre son poste : bien que seules les informations et la météo recueillent son attention, la télé est chez lui comme une invitée perpétuelle. Celle-ci en a profité pour imposer sa désagréable présence au cours de notre dîner. TF1, donc, vers 20 h 45, un samedi. L’émission s’appelle : « Qui sera le meilleur… ce soir ? » C’était, en l’occurrence, une « spéciale enfants ». Ceux-ci devaient chanter, danser ou jouer de la musique et être départagés par un jury de « professionnels » (des géants du spectacle tels qu’Hélène Ségara ou Mathieu Madénian…), le tout sous la férule d’un animateur d’une rare élégance, Christophe Dechavanne.

Premier principe de haute civilisation : on met les gosses en compétition. Comme le dit la com’ de l’émission : « Ces jeunes artistes de demain vont s’affronter lors de face-à-face […]. Ils sont prêts à tout pour être le meilleur. » « S’affronter », « prêts à tout », les mots sont choisis. Deuxième principe : l’humiliation. Les enfants retoqués devant quelques millions de téléspectateurs sont sous le coup d’une impitoyable violence symbolique. Pour pimenter la chose, les pleurs sont interdits. Sauf que, samedi, un des petits n’a pu retenir ses larmes. Dechavanne s’est précipité sur lui pour cacher l’incident, qui souillait la pureté du « concept ».

TF1 exhibait samedi soir ses « singes savants », garçons et filles grimés en adultes, les filles surtout, auxquelles on avait demandé de mimer des poses suggestives dans des accoutrements ad hoc. Dire que ce sont les artistes contemporains qu’on accuse d’incitation à la pédophilie !

TF1, un samedi soir. Je me doutais que ce ne serait pas beau à voir. Mais toutes mes craintes ont été dépassées. La chaîne prétend diffuser un divertissement populaire, alors qu’elle tutoie l’élite dans l’abjection.


Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents