Apnée présidentielle

François Hollande, sur TF1 le 9 septembre, n’a pas trouvé une seconde pour évoquer le traité qui conditionne toute sa politique économique et sociale.

On en a eu le souffle coupé. Lui aussi, parfois, paraissait au bord de l’asphyxie. Dimanche soir, sur TF1, François Hollande a inventé la campagne électorale en vingt-cinq minutes. Tout un programme le temps d’un entretien télévisé. Six mois d’estrades, de débats, de voyages, de poignées de mains, de promesses, de projets, de petites phrases, d’arguments pour et d’arguments contre, résumés avec l’éloquence haletante d’un commentateur de course de chevaux dans la dernière ligne droite. Sans doute le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents