« Après la bataille », de Yousri Nasrallah

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Présenté à Cannes, le film de Yousri Nasrallah est agité, impulsif, généreux et débordant, comme la révolution de la place Tahrir, dont il rend compte à travers une fiction. Tourné dans le vif des événements, sans scénario préalable, Après la bataille tente de faire le pont entre les classes de la petite et moyenne bourgeoisie participant à la révolution, et les délaissés des quartiers ou régions plus reculés, dont certains ont été utilisés par les forces répressives conservatrices. Un film qui a certainement les défauts de ses qualités. Mais l’expérience du cinéma de fiction se mêlant à l’Histoire en train de se faire est passionnante.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents