Berlin choisit l’intégration des Roms

Alors que la France démantèle les campements, la capitale allemande mise sur l’insertion sociale et professionnelle des ressortissants roumains et bulgares. De notre correspondante à Berlin, Rachel Knaebel.

Les murs de l’association berlinoise Südost Europa Kultur sont couverts de photos grand format et encadrées. Elles montrent des jeunes gens, appareils numériques à la main. Ils sont tous roms, vingt filles et garçons de 15 à 24 ans, arrivés il y a peu dans la capitale allemande. Ils ont participé ici, pendant six mois, à un programme soutenu par la ville et l’Europe. Ces jeunes « ont appris des bases de langue et pris part à des ateliers de couture, de bois, de métal, découvert la ville, les musées »,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents