Berlin choisit l’intégration des Roms

Alors que la France démantèle les campements, la capitale allemande mise sur l’insertion sociale et professionnelle des ressortissants roumains et bulgares. De notre correspondante à Berlin, Rachel Knaebel.

Rachel Knaebel  • 6 septembre 2012 abonné·es

Les murs de l’association berlinoise Südost Europa Kultur sont couverts de photos grand format et encadrées. Elles montrent des jeunes gens, appareils numériques à la main. Ils sont tous roms, vingt filles et garçons de 15 à 24 ans, arrivés il y a peu dans la capitale allemande. Ils ont participé ici, pendant six mois, à un programme soutenu par la ville et l’Europe. Ces jeunes « ont appris des bases de langue et pris part à des ateliers de couture, de bois, de métal, découvert la ville, les musées », explique Bosiljka Schedlich, directrice de la structure qui existe depuis 1991. Aujourd’hui, ils sont en stage en entreprise. L’un d’eux, entre-temps, a réussi le test pour entrer au collège, et un nouveau groupe a pris le relais début août. Comme en France, de nombreux Roms de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 4 minutes