culture : Filippetti enterre la Maison de l’histoire de France

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En renonçant à l’installation de la Maison de l’histoire de France, censée prendre place au sein des Archives nationales, la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, liquide un héritage des plus controversés du Président de « l’identité nationale », et s’offre 80 millions d’euros d’économie. « Loin des enjeux historiques et muséographiques de notre temps, ce projet renouait avec une conception de l’histoire héritée d’un nationalisme révolu et des heures les plus sombres de notre pays, bafouant ainsi le désir réel des citoyens de maîtriser la connaissance de leur propre histoire » , a commenté le PCF.


Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.