Hôpital : Terrain sensible

Les louables intentions de Marisol Touraine pour l’hôpital risquent d’être sacrifiées sur l’autel des coupes budgétaires.

Pour un changement de ton, c’était un changement de ton. En utilisant une quarantaine de fois les mots « service public » ou « hôpital public » dans son premier grand discours sur l’hôpital, la ministre de la Santé a tenu à marquer la différence avec ses prédécesseurs – qui avaient supprimé, à dessein, la notion de « service public hospitalier » de la loi HPST de 2009. Tout aussi éloquent, le refus de Marisol Touraine d’utiliser le terme de « patron » pour désigner les responsables « d’une structure qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents