L’amour, révolution arabe

Dans Infidèles , Abdellah Taïa dépeint un Maroc en proie aux préjugés et au rejet de l’autre.

Cracher, se cabrer, crier. Comme tous les « damnés de la terre » que décrit Frantz Fanon, Jallal, le héros d’ Infidèles, a des rêves d’action, des rêves agressifs. Bien qu’il soit encore enfant, gronde en lui une sourde révolte contre l’étroitesse d’esprit des siens, les Marocains de la ville de Salé, et contre l’horizon bouché qui force ses frères d’indigence à se contenter d’une place à l’ombre. À ce personnage en révolution contre les stéréotypes et les préjugés bien ancrés au Maroc, on reconnaît…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.