L’amour, révolution arabe

Dans Infidèles, Abdellah Taïa dépeint un Maroc en proie aux préjugés et au rejet de l’autre.

Anaïs Heluin  • 6 septembre 2012 abonné·es

Cracher, se cabrer, crier. Comme tous les « damnés de la terre » que décrit Frantz Fanon, Jallal, le héros d’ Infidèles, a des rêves d’action, des rêves agressifs. Bien qu’il soit encore enfant, gronde en lui une sourde révolte contre l’étroitesse

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Littérature
Temps de lecture : 3 minutes