Les réfugiés syriens veulent se faire entendre

Les Syriens qui ont fui les violences se mobilisent pour tenter d’obtenir une intervention diplomatique et humanitaire. 12 activistes ont fait une grève de la faim de 9 jours à Paris.

Erwan Manac'h  • 6 septembre 2012
Partager :
Les réfugiés syriens veulent se faire entendre
© Photo : Paris, 11 février 2012. AFP / Bertrand Langlois

Le mouvement a grandi sur les réseaux sociaux et au fil des rassemblements de soutien au peuple syrien. Petit à petit, des collectifs d’activistes, réfugiés après le début des violences, se sont créés dans plusieurs villes d’Europe et du Moyen Orient. Le 26 août 2012, une cinquantaine de militants ont entamé une grève de la faim pour tenter de faire pression sur la communauté internationale.

12 Syriens réfugiés en France avaient rejoint le mouvement le 27 août. Ils ont mis fin à leur jeûne après 9 jours, mardi 4 septembre, mais fixent aux autorités françaises la date du 20 septembre pour tenir les « promesses », tenues secrètes, qu’elles leur auraient faites.

Illustration - Les réfugiés syriens veulent se faire entendre

Le collectif informel s’oppose à toute intervention armée et au soutien matériel à l’Armée syrienne libre. Ils demandent en revanche la création « d’au moins deux couloirs de sécurité » permettant une intervention humanitaire sur le sol syrien sous l’égide de l’ONU. Ils appellent aussi la communauté internationale à expulser l’ensemble des diplomates syriens encore en poste et à adopter des sanctions contre la Russie et l’Iran qui soutiennent le pouvoir de Bachar el-Assad. Dans leur déclaration commune, mardi 4 septembre, les 12 activistes demandent également un « avertissement » de l’ONU au gouvernement égyptien, « pour le pousser à interdire l’accès au canal de Suez à toute embarcation transportant des armes ». D’un assistant de la procureure de la Cour pénale internationale, ils disent enfin avoir reçu des garanties qu’une enquête serait prochainement ouverte.

« La situation en Syrie est extrêmement grave. On compte déjà 30 000 morts depuis un peu plus d’un an. Pourquoi personne ne leur vient en aide ? », prévient la réalisatrice Hala Al Abdalla, venue soutenir les grévistes de la faim.

Les activistes reprendront le 20 septembre leur grève de la faim si aucune de leurs revendications n’est satisfaite. Ils se donnent aussi du temps pour s’organiser et rassembler, ils l’espèrent, des soutiens d’organisations françaises.

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban