Russie : Les popes, un sacré pouvoir

Comme l’affaire des Pussy Riot l’a montré, l’Église orthodoxe exerce de plus en plus d’influence sur le Kremlin et sur la société russe.

La récente condamnation de trois chanteuses du groupe Pussy Riot 1 à deux ans de camp a montré qu’en Russie le pire n’était pas de mettre en cause Vladimir Poutine, mais de railler la religion. D’autres affaires le démontrent : la puissante Église orthodoxe intervient de plus en plus dans le contrôle de la société, même si le nombre de ses fidèles n’a pas beaucoup augmenté depuis la fin de l’URSS. Celui des popes, en revanche, a explosé. C’est un bon job, plutôt bien payé, comme sous le régime communiste.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

COP 26 : la fin du blabla ?

Écologie
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.