Sabra et Chatila : Souvenir d’un massacre

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 17 septembre 1982, entre mille et trois mille réfugiés palestiniens, femmes et enfants compris, étaient massacrés, souvent à l’arme blanche, à l’intérieur de ces camps situés dans la banlieue sud de Beyrouth. L’opération, menée par les phalangistes chrétiens d’Elie Hobeika, avait été supervisée par l’état-major de l’armée israélienne, présent aux abords des camps tout au long de la tuerie. Par la suite, une commission d’enquête israélienne conclut à la « responsabilité indirecte » de l’armée. La commission internationale, présidée par l’Irlandais Sean McBride, jugea au contraire que l’état-major israélien avait une « responsabilité directe » dans le massacre de ces populations civiles.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.