Sombras : l'armée des ombres

Dans Sombras , Oriol Canals filme des sans-papiers et le néant de leur quotidien.

S ombras (« les ombres ») n’est pas un documentaire de plus sur les sans-papiers. Osons le mot : c’est un film splendide. Non parce qu’il s’érigerait en plaidoyer – somme toute salutaire quoique trop souvent faible cinématographiquement. Dans Sombras, pas de discours à la radicalité politique épuisante ni de victimisation à outrance. Non, ici, le réalisateur, Oriol Canals, a trouvé de remarquables solutions formelles pour révéler ce que ses protagonistes portent en eux. Dès la première image apparaît un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents