Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Dossier : Traité européen : Et si on disait non

Traité budgétaire européen : si on disait non

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Imaginons que nous soyons au soir d’un référendum sur le Traité pour la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), aussi nommé traité budgétaire européen. Le verdict populaire tombe : le « non » l’emporte largement en France. Que se passerait-il au lendemain de ce coup de tonnerre ? Certes, ce scénario est inenvisageable par une grande partie de la classe politique, UMP et Parti socialiste en tête. François Hollande et le gouvernement ont écarté le principe d’un référendum sur ce traité signé en mars par Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande, Angela Merkel.

Cependant, un large débat démocratique sur le contenu de ce texte a été lancé en France – ainsi que dans d’autres pays européens – par des économistes, des organisations politiques de gauche, des syndicats et des associations qui refusent que les politiques d’austérité soient gravées dans le marbre constitutionnel. Une manifestation aura d’ailleurs lieu à Paris le 30 septembre, annoncent les signataires d’un appel à la mobilisation contre ce traité 1. Si certains pays européens ne ratifiaient pas le traité budgétaire européen, cela changerait-il radicalement la donne dans la zone euro ? Jacques Généreux, économiste à l’Institut d’études politiques de Paris, et Dominique Garabiol, professeur d’économie et directeur de banque, ont envisagé les conséquences d’un tel scénario. Des responsables politiques de gauche – Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS, Patrick Le Hyaric, député européen PC, et François Delapierre, secrétaire national du PG – livrent également leur analyse. Ce débat constitue également une bonne occasion de revenir sur le cas de l’Islande : alors que le pays se trouvait au bord du gouffre financier, le peuple a refusé que les instances européennes lui dictent sa politique de redressement budgétaire. Aujourd’hui, l’Islande peut se targuer d’être en train de sortir de la crise…


  1. Voir le site www.audit-citoyen.org 


Photo : AFP/Faget

Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents