Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre Découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Travail : la Caisse d’épargne Rhône-Alpes condamnée

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le syndicat SUD du groupe Banques populaires-Caisses d’épargne (BPCE) a obtenu le 4 septembre la condamnation de la Caisse d’épargne Rhône-Alpes (Cera) pour sa nouvelle organisation de travail reposant sur la performance du personnel (benchmark). Les magistrats du tribunal de grande instance de Lyon ont estimé que « l’organisation collective du travail basée sur le benchmark compromet gravement la santé des salariés » de la Cera et qu’elle porte « atteinte à la dignité des personnes par leur dévalorisation permanente, utilisée pour créer une compétition ininterrompue entre les salariés ». SUD-BPCE a écrit à François Pérol, président du directoire du groupe, pour qu’il « prenne la mesure de cette décision de justice » qui pourrait en inspirer d’autres.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents