100 % des centrales en défaut de sûreté

La Commission européenne épingle les cinquante-huit réacteurs français.

Passe d’armes acide, la semaine dernière, entre les autorités françaises et la Commission européenne. Bruxelles a rendu son analyse des rapports de tests « post-Fukushima » transmis il y a quelques mois par les quatorze pays européens nucléarisés. Si de nombreuses centrales sont épinglées, le parc français se distingue : ses 58 réacteurs (un tiers des 132 de l’Union) comptent tous entre cinq et sept manques ou défaillances (instruments de mesures sismiques inadaptés, équipements de secours inadéquats,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents