À contre-courant / Indépassable Keynes

L’intérêt général n’est pas réductible au jeu des intérêts particuliers, la macroéconomie à la microéconomie. L’initiative privée a du bon 1, mais elle ne peut tout faire. Le plein-emploi, la stabilité financière, la protection sociale, les services publics et bien sûr l’écologie : tout cela exige de l’intervention publique. Tel est le cœur des thèses keynésiennes. Le néolibéralisme a proclamé la fin de Keynes. Son programme s’est déployé autour de quatre principaux volets : libéralisation financière,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents