« À la rue, les femmes sont surexposées aux violences »

Pour l’anthropologue Pascale Jamoulle , il existe un « sans-abrisme » spécifiquement féminin.

Si la vie des femmes SDF ne diffère pas nécessairement de celle des hommes, la violence à laquelle elles font face les pousse à développer des boucliers particuliers. L’anthropologue belge Pascale Jamoulle revient sur ces questions d’identité. Existe-t-il un sans-abrisme féminin ? Pascale Jamoulle : J’ai retrouvé dans le sans-abrisme féminin du sans-abrisme masculin et réciproquement. Plus précisément, les causes qui mènent à la rue sont du même ordre, mais elles sont exacerbées chez les femmes. Ainsi, les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents