Arctique : La glace peau de chagrin

La surface de la banquise, autour du pôle Nord, s’est contractée comme jamais cet été sous l’effet du réchauffement.

La banquise estivale de l’Arctique devrait être le premier grand écosystème sacrifié au dérèglement climatique. Avec l’accélération de sa fonte, depuis cinq ans, ce funeste événement pourrait intervenir non plus à la fin du siècle (estimations précédentes) mais vers 2050, voire avant. Et les chiffres, cette année, sont très préoccupants : mi-septembre, il ne restait que 3,42 millions de km2 de glace flottante, soit la moitié de la moyenne 1979-2000 (contre 15 millions de km2 en hiver) et 70 000 km2 de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents