L’homme broyé

Claudia Stavisky porte un regard neuf et sensible sur le Commis-Voyageur d’Arthur Miller.

L’étoile d’Arthur Miller a beaucoup pâli ces dernières décennies. Même les récents hommages à Marilyn Monroe n’ont pas redoré son blason. On a oublié de faire référence au mari éphémère de la star ! Son théâtre, réaliste et social, courageux, digne, ne semble plus guère nous concerner, qu’il s’agisse des Sorcières de Salem ou de Vu du pont. Mais une pièce échappe à l’oubli, c’est Mort d’un commis-voyageur. On continue à la monter régulièrement. En France, on en propose plusieurs traductions et Claudia…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents