Presse : plaies et boss

Le journaliste Jean Stern livre la triste histoire des journaux français à travers les patrons qui les ont coulés.

Avec un titre pareil – les Patrons de la presse nationale, tous mauvais 1 –, ce livre ne fera pas la une des journaux. À tort : ce « tous mauvais » est davantage un constat (désespéré ?) qu’une charge pamphlétaire. La conclusion d’une enquête minutieuse sur un secteur dont la déliquescence n’a, selon l’auteur, pas grand-chose à voir avec Internet ou le pouvoir d’achat des lecteurs. Et tout à voir avec ces « mauvais » (incompétents autant qu’immoraux) patrons qui l’ont précipitée dans le vide. Ce que…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents