Roms expulsés par des riverains

Un contexte tendu et malsain.

L’affaire de l’expulsion des Roms de Marseille par des riverains continue de susciter beaucoup de questions. Rappel des faits. Les familles étaient arrivées le 23 septembre dans ce qui reste de la cité des Créneaux, un terrain vague et une tour, promise à la destruction. D’après leurs témoignages, recueillis par Cendrine Labaume, coordinatrice de Médecins du monde à Marseille, des riverains seraient venus quatre jours plus tard leur demander de partir, bidons d’essence en main. Les familles auraient alors,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents