Un candidat de gauche avec des idées de droite

Le discours social de Capriles cache mal des propositions libérales. Une stratégie indispensable pour gagner les élections.

Jean-Baptiste Mouttet  • 4 octobre 2012 abonné·es

L’opposition vénézuélienne joue son va-tout. Voilà treize ans qu’elle a été écartée du pouvoir par l’élection d’Hugo Chávez, treize ans qu’elle enchaîne les défaites (12 élections sur 13 depuis 1998), treize ans qu’elle se cherche. Une nouvelle déroute le 7 octobre serait vécue comme un coup fatal. Elle marche unie derrière Henrique Capriles Radonski, gouverneur du puissant État de Miranda, sous le slogan : « Il y a un chemin. »

Ce candidat qui se dit

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Qui est vraiment Chávez  ?
Temps de lecture : 5 minutes