Parutions de la semaine

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


« Cette fois, en finir avec la démocratie » Le rapport Lugano II

Susan George, éd. du Seuil, 204 p., 17 euros.
De mystérieux mandants représentant les maîtres du monde, soucieux de préserver le capitalisme, ont demandé, plus de dix ans après le premier « rapport Lugano » (Fayard, 2000), une nouvelle étude à un groupe d’experts, qui en présentent le contenu dans une luxueuse villa de la petite ville suisse de Lugano. Cette fiction magistrale de Susan George, présidente d’honneur d’Attac France, renvoie à des faits – la réunion bien réelle d’un club de milliardaires – et à des études produites par différentes institutions internationales. Elle invite à s’interroger sur les dérives dangereuses du « modèle élitiste néolibéral »  : le rapport Lugano II propose ainsi quelques « objectifs précieux », comme l’affaiblissement de la démocratie. Surtout, cette mise en scène est l’occasion pour l’écrivaine de faire le point sur les enjeux écologiques, sociaux et économiques de la planète.

L’Envers de la « fraude sociale » Le scandale du non-recours aux droits sociaux

Odenore, La Découverte, 216 p., 15 euros.
Le discours sur la fraude sociale a marqué le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Elle est estimée à 4 milliards d’euros par an pour l’ensemble des prestations sociales, mais elle n’est qu’une partie du problème. L’ouvrage démontre que le non-recours à ces aides est bien supérieur, et que l’accès aux droits est un enjeu social et politique central pour le nouveau gouvernement. Ce constat est issu de travaux d’étude et de recherche de l’Observatoire des non-recours aux droits et services (Odenore), et constitue une première tentative d’évaluation de ce phénomène.

L’Enjeu de la cotisation sociale

Christine Jakse, préface de Bernard Friot, éd. du Croquant, 143 p., 15 euros.
Les choix économiques en matière de compétitivité laissent peu de place au débat. Le coût du travail est sur la sellette au travers du salaire, des charges sociales, mais aussi de la « rigidité »... Cependant, on ignore trop souvent la violence des attaques menées depuis trente ans contre les salaires et la qualification professionnelle. C’est ce que montre Christine Jakse, sociologue, spécialiste de ces questions. Pour preuve, le recul des salaires, directs et indirects, dans la richesse française a atteint 80 milliards d’euros pour la seule année 2010. Cette étude a aussi pour parti pris de défendre un principe novateur : la cotisation sociale permet de penser le salaire hors de l’emploi, à l’instar du statut de la fonction publique.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents