« Rengaine » de Rachid Djaïdani : Ne pas déranger

Avec Rengaine , Rachid Djaïdani signe un film ultra-consensuel.

« Sauvage ou illégal, le cinéma brûle en nous, et je lui dis je t’aime. » Rachid Djaïdani clôt sur ces mots enflammés un film qu’il a réalisé effectivement à l’arrache, sur plusieurs années, sans moyens. Rengaine participe de ces œuvres qui naissent dans la marge – comme l’an dernier Donoma, de Djinn Carrenard – avec, de la part de leurs réalisateurs, une autoproclamation forte des difficultés rencontrées pour parvenir à leurs fins. Mais Rengaine s’est trouvé légitimé avant même d’être vu par le public :…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.