À flux détendu

Christophe Kantcheff  • 20 décembre 2012
Partager :

On ne pourra pas dire que Dominique Voynet, premier édile de Montreuil (93), n’a pas de suite dans les idées. En tout cas quand il s’agit de s’en prendre aux agents de la ville, et en particulier au personnel du cinéma le Méliès. N’étant pas parvenu à débarquer Stéphane Goudet, son directeur artistique, au printemps dernier (voir Politis des 7 et 14 juin), la voici qui tente une autre stratégie. Dominique Voynet a décidé de porter plainte contre X pour détournement de fonds publics au Méliès. Trois salariés, dont Stéphane Goudet, ont été immédiatement suspendus de leur fonction. Raison invoquée : l’existence d’une « caisse noire » qui serait alimentée par une double billetterie.

La justice administrative fera son travail. Mais il n’est peut-être pas inutile, tandis que de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer des méthodes dignes des patrons les plus brutaux, de rappeler une information dont on imagine difficilement qu’elle fasse défaut à Dominique Voynet. En effet, le très institutionnel** Centre national de la cinématographie (CNC) autorise la double billetterie pour les séances non commerciales (scolaires, documentaires audiovisuels…). « On entend par séance non commerciale, disent ses règlements, une séance, gratuite ou payante, qui échappe aux dispositions du contrôle des recettes, à savoir qu’elle ne donne pas lieu à l’utilisation d’une billetterie agréée par le CNC, à l’émission et la transmission de bordereaux, et donc à la perception et à l’acquittement de la taxe sur les entrées. Ces séances restent exceptionnelles. »

On ignore pourquoi Dominique Voynet nourrit tant de ressentiment envers le responsable d’un des lieux culturels les plus dynamiques de Montreuil. On veut croire que c’est à cause de nobles considérations. Mais lesquelles ? C’est en tout cas à de telles priorités affichées dans une politique municipale que l’on discerne les grands maires.

Culture
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don