Après Doha, le déluge

Alors que les manifestations du dérèglement s’intensifient, la conférence n’a débouché sur aucune décision.

Si tous les délégués à la conférence de Doha, qui s’est terminée avec 24 heures de retard, ne dormaient pas dans leurs fauteuils, samedi, c’est que beaucoup avaient déjà quitté la capitale du Qatar. Sur les 192 pays négociateurs, qui ont tout juste réussi à s’entendre sur une deuxième période d’engagement pour le protocole de Kyoto (hormis le Canada, le Japon et la Russie), au moins 80 étaient repartis. Une quarantaine de délégations africaines et beaucoup de petites nations asiatiques manquaient à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents