Art : Chagall, l’épaisseur des rêves

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


De l’Académie impériale de dessin de Saint-Pétersbourg à l’atelier de Vence, du Double Portrait au verre de vin aux Deux Nus ou Adam et Ève, une rétrospective évoquant les champs d’expression de l’artiste (1887-1985), avec une production, poétique et mystique, peuplée de figures tragicomiques, de musiciens, de muses, d’animaux, d’allégories, habillée de couleurs vives. Soit près de deux cents œuvres, entre huiles, dessins, céramiques, collages, sculptures et costumes (pour l’Oiseau de feu, de Stravinski), dont la majorité appartient à des collections privées. Une exposition exceptionnelle, donc, dans l’écrin sublime de La Piscine, ancien bassin art déco transformé en musée d’art.


Chagall , musée d’art et d’industrie La Piscine, 23, rue de l’Espérance, 59100 Roubaix, jusqu’au 13 janvier.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents