De la réalité des conflits de religion

Georges Corm analyse les causes profondes, historiques et politiques, du « retour au religieux » au Moyen-Orient.

Denis Sieffert  • 20 décembre 2012 abonné·es

Chaque livre de l’économiste et historien libanais Georges Corm est un événement pour qui souhaite comprendre le Proche et le Moyen-Orient, et, au-delà, les formes d’organisation de nos sociétés désormais muticulturelles. Dans son dernier ouvrage, il plaide pour la laïcité, c’est-à-dire précisément contre les doctrines multiculturalistes. Corm ne nie pas le « retour du religieux », mais il en conteste les fondements objectifs. Si « retour » il y a, il n’y a pas pour autant disparition des causes profondes des conflits, qui, elles, ne sont pas religieuses. Ainsi, le conflit israélo-palestinien, dont il souligne avec force la centralité, reste, en dépit des enfumages idéologiques, un antagonisme de nature coloniale. Le livre se présente d’abord comme une histoire analytique d’un changement de paradigme à partir des années 1980, au cours desquelles s’impose un « prétendu retour du religieux ». Il montre qu’il s’agit d’une « instrumentalisation du religieux », avec la théorie des guerres des civilisations conceptualisée un peu plus tard par Samuel Huntington.

Ce processus émerge d’une culture anglo-saxonne fondamentalement antilaïque. Corm propose des pages remarquables sur le « sécularisme », qui n’est pas, dit-il, la laïcité, mais son exact contraire. Il montre que la « sécularisation » résulte de la Réforme. Alors que le catholicisme avait, paradoxalement, rendu possible la laïcité en séparant « le monde des clercs de celui des laïcs », le protestantisme a « aboli cette séparation ». Il « sécularise » et, ce faisant, situe la religion « totalement dans la cité ». Si le pouvoir spirituel disparaît, le pouvoir temporel est chargé d’assurer à la religion « une place centrale dans la vie de la cité ». La séparation laïque devient alors impossible dans les pays à dominante anglicane. On comprend comment la culture politico-religieuse américaine sera à la fois la base du combat pour la « démarxisation » des sociétés du tiers-monde et pour une « réislamisation » dont l’Arabie Saoudite et le Pakistan seront « les piliers fondamentaux ». La réflexion de Corm est d’une grande actualité, avec la résurgence du conflit israélo-palestinien et les débats constitutionnels en Égypte et en Tunisie. Mais, si l’analyse du « retour au religieux » est passionnante, et s’inscrit dans l’héritage intellectuel de Lotfallah Soliman, on aurait aimé un prolongement d’analyse à cette « laïcité laïcisée » dont il nous parle tout près de sa conclusion. Car la laïcité, comme Dieu, est dans les détails. Elle peut être un dogme instrumentalisé par nos islamophobes, ou un principe philosophique qui intègre les rapports de force sociaux. L’ambiguïté n’est pas vraiment levée.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi