Doha : Ambiance tendue et opaque

Les participants à la conférence de Doha auront du mal à secouer la torpeur pessimiste des discussions.

Alors que la conférence sur le changement climatique s’achèvera le 7 décembre après une deuxième semaine de négociations, on déplore toujours des dissensions entre les pays participants. Les chefs de gouvernement et les ministres venus à la rescousse, notamment Delphine Batho, Pascal Canfin et Laurent Fabius pour la France, auront bien du mal à secouer la torpeur pessimiste des discussions. Pour plusieurs raisons. D’abord le Qatar donne le pire exemple qui soit avec une émission de CO2 par habitant trois…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents