Gaz de schiste : comment on prépare les esprits

L’exploration reste interdite en France. Mais politiques et industriels instillent l’idée que cette énergie serait incontournable.

Patrick Piro  • 6 décembre 2012 abonné·es

Soulagement théâtral d’Arnaud Montebourg, mercredi dernier : la France serait en train de recouvrer le « bon sens »  ! Devant des industriels de l’Union française de l’électricité, le ministre du Redressement productif livrait son analyse de l’évolution du dossier gaz de schiste : si la technique de la fracturation hydraulique – très polluante, risquée et la seule disponible à ce jour – reste interdite en France, « nous travaillons à imaginer une nouvelle génération de technologies propres », qui permettraient d’extraire le gaz sans dommages pour l’environnement. Car « mieux vaut le produire si nous l’avons plutôt que l’importer », et « la plus propre » des énergies fossiles pourrait jouer un rôle important dans la transition

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes